Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 février 2015

De retour ?

 

MCate_pict0.gif

"Non Fui, Fui, Non Sum, Non Curo"

"Je n'existais pas, j'ai existé, je n'existe plus, cela m'est indifférent"

Gaudeamus in sinu

dimanche, 21 septembre 2008

En déconfiture F, point ne serai-je…

rune 3.jpg

 

En déconfiture F, point ne serai-je…

« includerare verba versu »

 

On ne peut empêcher d’emmerdouiller le code.

Pourtant bien protégé, mais que de malfaisance !

L’ésotérisme est pur, le mal n’y fera rien.

Je n’ai rien à cacher ; j’emmêlerai les rimes.

 

Tout « blogage » est du diable, et le diable est le mal.

Le bien le foudroiera, en entrant en chapelle

Regarde le blason, il porte l’animal.

Compte sur tous tes doigts, pour que ça t’interpelle.

 

Tout en haut de la tour, regarde à l’horizon.

Tu y verras au loin un bien doux pâturage.

Je ne m’énerves pas, je garde ma raison.

Je « bloguerai » encore ; à toi F d’être en rage.

 

Les « Zhaïkus » codés peuvent se décoder

Tu n’y parviendras pas :F tu es bien trop couard.

Sur la ligne de ciel, les noms sont protégés.

Je ris : le cochon crie : tu es dans le brouillard.

 

Tu as suivis ma trace, au cours de mon périple.

Oh ! je ne suis pas dupe, au restaurant du Lion

Tu reluquais la fille : elle était mon disciple.

Trop tard ! elle t’as eu ! et à la perfection !

 

Bof ! le temps est pour moi. Tu chercheras la rune.

Et tu perdras ton temps, dans le cercle sacré.

Au château je t’attends, avec ton infortune.

Mais tu es bien trop sot : tu crains d’être leurré…

 

En latin je te le dis : tu es   in-concinnus » et « in-conditus »

 

 

mardi, 03 juin 2008

Licet terrores in me impendeant

 

197404426.jpg

 

Licet terrores in me impendeant

Instauri animi

 

I

Véritable athanor dans le fond d’une cave.

De l’or n’y avait point, surtout pas d’œuvre au noir.

J’ai prié et trouvé une sorte de “bave”

Qui m’a mené au coffre ou il fallait s’asseoir.

 

 II

J’ai “allumé”briquet pour “éclairer” bougie.

Regarder par le trou, derrière le tableau,

Et je vis le trésor : des livres de magie,

Terribles, poussiéreux, et j’en pris tout un lot.

 

III

J’y passai une nuit, à déchiffrer l’arcane.

Comment pouvoir dormir ? J’en étais ébloui !

Le livre de Maltus (sans H), dédié à jolie Jeanne

M’a donné de la peine, et suis allé au Puits.

 

IV

J’ai entendu cymbale et vu couler des larmes.

Mon cœur battait chamade, et faisait des “grelots”.

Très vite suis allé, dans ce couvent des Carmes.

Je savais y trouver la veste du manchot.

 

V

Tout ça me direz-vous n’est que belles tirades

Détrompez vous chercheurs, il faut lire les mots.

Il faut les assembler, après avoir “triades”.

Trouver la vraie formule, ainsi que les morceaux.

 

EN Y METTANT DU VOTRE, AINSI QUE LE TAROT.

  Pecuniae liberalis

Liceto   In sinu gaudere    

vendredi, 06 juillet 2007

Fidenti animo ou fidens animi

Fidenti animo ou fidens animi

 

 

Je suis resté longtemps sans donner de nouvelles,

Mais dites-vous que le mystère est éternel…

Vous serez riches, je vous le promets…

Il faut seulement percer le secret…

1

Qu’attends-tu voyageur pour chercher dans le foin

La vieille y est assise, au mitan de la ruelle

Elle cherche le « son » qui arrive de loin

Embrasse-lui les pieds, et tends-lui ton écuelle.

2

La mort a fait son œuvre, il y a bien longtemps.

Le curé s’est marié, avec la jolie bonne

Qui s’était confessée  après « faire l’enfant ».

Il n’était pas de lui, sans en faire une tonne.

3

Il l’accepta en fils ; Dieu le voulut ainsi

À Paris il trouva une âme charitable

Lui parla de Jonas et de tous ses amis

Qui l’avaient bien caché, dans la « crèche ou l’étable ».

4

Le trésor y était, mais ils l’ont déplacé.

Il le fallait pourtant au profond de la terre.

Pourquoi parler d’énigme. Au soleil de l’été,

Cherchez, vous trouverez, sur le cadran solaire.

 

 

« Mens nostra capit quae sit natura aeterna ».

( Notre esprit comprend ce que c’est que l’éternité de la nature).

 

 

Gaudeamus in sinu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 21 décembre 2006

Deerrare itinere, a vero

Deerrare itinere, a vero.

32

Souviens-toi ô chercheur que toute vérité

Mérite un gros labeur ; la source n’est tarie

Que lorsque tu rendras l’âme en humilité

Ton savoir sera grand et ta chair bien pétrie.

 

33

Dans un certain caveau au pays des lutins

Des méchants korrigans te donneront les cartes

Dans l’église « lugubre » où s’est tué un marin

En buvant un « alcool »  qui venait de la « Sarthe ».

 

34

Noël 2007, la messe de minuit 

Folie que tout cela ; je vous le fais bien dire

Regardez bien la crèche, l’enfant Jésus sourit

Joseph montre du doigt la voûte du navire.

 

35

Marie, mais pourquoi donc, tourne-t-elle le dos ?

Mystère du X vin. Tu trouveras l’arcane

En brassant, embrassant tout le jeu  de tarot

La maison dieu est loin,  va  donc voir la « gitane »

 

36

Prends ton vélo chercheur, le chemin n’est pas long

La rue sent fort l’alcool. L’usine est bien ouverte

La chèvre de Seguin n’a qu’à faire qu’un bond

Le grand  loup ouvrira la voie qui t’est offerte.

 

Vincor ut credam.

  Gaudeamus in sinu                  

 

                     

vendredi, 15 décembre 2006

Indomitus census

Indomitus census

27
Oh ! mon ami mon frère, où tu iras sans crainte
Le trésor y sera ; l’abbé était malin.
La tour n’est pas si haute où Jeanne était « enceinte ».
A l’horizon tu vois l’épée du roi Merlin.

28
Le soleil le matin fait « la roue » à l’automne.
Le peuplier à l’est, avec son grand manteau,
Montre la direction et c’est vraiment la « bonne ».
Le temps est dévolu dans la cour du château.

29
On y joue, on y boit, au moment des kermesses.
Le curé a perdu sa verve au bénitier.
Saint-Joseph est marri au bras de la drôlesse
Saint-Gilles est un faux, sur les bords du sentier.

30
La putain du vicomte a bien montré ses fesses
Sa femme l'a tuée en riant aux éclats.
Ce fut un vrai scandale. On fit dire une messe
Et l’orage brisa un vitrail « délit cas »

31
Sauras-tu déchiffrer, Oh ! lecteur de passage
Cette énigme d’enfer ? Il te faudra du temps,
Une patience énorme et un savoir de sage.
Tu le veux, tu le peux ! N’attends pas le printemps !


Eamdem incudem tundere (proverbe)

Gaudeamus in sinu




















jeudi, 30 novembre 2006

Aurobindo

Le mental est une aide

Le mental est l’entrave

Aurobindo


lundi, 06 novembre 2006

Inania verba

25 

 

Tu trouveras tout l'or, au fond de sa cachette

 

Le "puits" n' a rien à voir, seul le saule pleureur

 

Le moine qui y dort a toujours sa couchette

 

La porte de l'église y reçoit le "veilleur".

 

 

26

Tout ce qui est écrit ne se voit que dans l'ombre

 

Le "veilleur" y prend garde ; il est le vrai gardien.

 

Dans le clocher, "cent" cloche, il fait vraiment très sombre.

 

Une inscription se voit, avec un petit chien.

 

 

 

Inanis pecuniae.

 

 

Gaudeamus in sinu

 

vendredi, 08 septembre 2006

Inclinat dies

medium_puits2.gif

Inclinat dies

 

23

Rêve le vent, la pluie, l'automne est bien présent.

Le très vieux châtaignier, et les très vieux chênes

Vont perdre leur feuillage. Allez donc nuitamment

Fouiller dans le verger, attenant au domaine.

 

24

Un puits et sa poulie ouvriront le "cachot".

Le trésor y est bien. Sans parchemin, bernique!

Il se trouve au château, dans la chambre du haut,

Sous une pierre plate, au visage hiératique.

 

Findere viam

 

Gaudeamus in sinu

 

vendredi, 21 juillet 2006

Serpit rumor

 

medium_le_mat.gif

 

 

 

Contemnere aliquem, pericula, mortem.

 

20

Souviens-toi du lieu-dit, l’eau du puits y pétille.

Dans l’autel de la Vierge, y dort un parchemin.

Au fond de la chapelle, regarde la  coquille,

Et avec ta boussole, au nord prend le chemin.

 

21

Le "serpent" ne mord pas. Attends qu’il fasse sombre.

La cruauté du lieu éloigne les curieux.

Les fossés sont profonds, "1300" le nombre…

Il est très important. Ce nombre est impérieux.

 

22

Le Mat y est passé, chiens galeux à ses trousses.

Pèlerin au bourdon, tu trouveras la fleur

De lys, celle du roi qui troussa une Rousse.

Il faut t'en dire un peu, car trop porte malheur.

 

Serpit rumor

 

Gaudeamus in sinu

mardi, 20 juin 2006

Nous les verrons...

 

 

medium_Nicolas_Roerich.jpg

 

 

Nous les verrons…      N. Roerich Nous partons à la recherche des Signes Sacrés. Nous marchons avec attention, en silence.
Passent des gens. Ils rient.
Ils nous appellent à les suivre.
D'autres se hâtent mécontents. D'autres nous menacent ils veulent saisir ce que nous possédons.
Les passants ne savent pas que nous sommes partis à la recherche des signes sacrés.
Ceux qui nous menacent s'éloigneront, ils ont tant à faire.
Nous, nous chercherons les Signes Sacrés.
Personne ne sait où le Maître a laissé Ses signes.
Ils peuvent être sur le bord des routes.
Ou dans les fleurs.
Ou dans les eaux de la rivière.
Nous pensons les trouver.
Dans la voûte de nuages,
À la lumière du soleil
À la lumière de la lune
À la lumière des étincelles de résine
Et des feux de camp, devons-nous chercher les Signes Sacrés.
Nous marchons longtemps.
Avec acuité nous observons.
Maintes personnes nous dépassent.
Réellement, il nous semble qu'ils connaissent le commandement : trouver les Signes Sacrés.
L'obscurité tombe.
Il est difficile de discerner le chemin. Indistincts les traces.
Où peuvent-ils être les Signes Sacrés ?
Aujourd'hui peut-être nous ne les trouverons pas.
Mais demain il fera jour.
Je sais nous les verrons.
  - 1915 - " Les Hiéroglyphes - les fleurs de Morya" - Nicolas Roerich

samedi, 17 juin 2006

Crimen posteritatis cris !

 

 

medium_photo2.jpg

 

 

 

Crimen posteritatis cris !

 

18 

Sur la place, en mourant, il demanda pardon.

Deux flèches dans le ciel, du temps d’un grand chanoine.

Veillent sur le château, entouré de chardons.

L’alchimie le perdit, dans l’or et l’antimoine.

 

19 

Mon cher Watson exact, au couchant de la France.

Dans les ruines de jade, un vrai trésor d’argent.

Par la douve comblée, on y entre je pense.

Près du D et du vent, sont morts pleins d’innocents.

   

Opimus, pinguis campus…

 

La suite sera dévoilée aux âmes pures…

Gaudeamus in sinu

lundi, 05 juin 2006

Thesaurus 1

"Thesaurus omnium rerum memoria"
15

A un" pouce" le tableau est parfait

Le tombeau l'est moins : belle croûte

Dans le jade un château. Gil y est pour un peu

Des ruines, une allée de platanes

 

16

Un souterrain fermé. Grande est la maison

Il faut avant aller à la source pétillante

La vierge du bocage donne l'endroit

La chapelle renferme la direction

 

17

Un poème inséré donne la solution

Le calvaire est fermé mais pas le cimetière

Chapelle rénovée mais fermée

Voir le nom des sœurs. L'autel est semblable...

 

Sola marmorea…

 
La suite suivra et sera dévoilée aux âmes pures…
Gaudere in sinu
 
 
 
 
 
 
 
 
 

mardi, 18 avril 2006

Aeraria ratio

 

 

 

Aeraria ratio.

10
Giscard tu tournes de travers
Ton chemin de croix tourne à "l'an (vert)"
Les maçons ont pavé damier noir, damier blanc
A midi la dépêche a écrit sans savoir.

11
La grille intr.(a)duite
La grille est un leurre
Saliman a menti : les positions sont fausses
A-dieu mon frère aimé; voir le curé d'Axat.

12
Marie tu es blanche et forte
Marie tu es élevée et abaissée.
Tes lettres sont de Sion et regarde la date.
Déserte le latin et scrute bien le grec.

13
Paraboles, paraboles, que "dépit" !
Paraboles, paraboles, petit manuscrit.
Dagobert II tu mens, dans ta ponctuaSion
Le treize or y est bien, tu es un gros malin.

14
Jean Vie tu envies les chiffres
Jean Vie va donc voir Marie.
Disciples dénombrés, anges tous enfer-més
Saint Sulpice priez, un saint très mensonger.


La suite suivra et sera dévoilée aux âmes pures…
Gaudere in sinu




dimanche, 16 avril 2006

Rennes le Château (suite)

Vereor loqui

Vereor laudare

Quantum audeatis vereor

 

7

Remettre l'ordre dans les quatrains

Les numéros sont incertains

Comme toujours, le haut reflète le bas.

Un vitrail chante "rouge", un vitrail chante "bleu".

 

8

La réponse est dans le tout

Les parties sont trompeuses

Regarde le tombeau, la pierre est usée

Pourtant le nom y est : d ou b inversé(s).

 

9

Les saisons jouent un rôle,

C'est leur rôle de changer de "nom"

Le siècle est important,; les Templiers pour rien

Encore que dans le temple, un diable a le dos" rond".

 

La suite suivra et sera dévoilée aux âmes pures…

  Gaudere in  sinu

 
 
 

dimanche, 09 avril 2006

Lucrèce "De la Nature"

Cesse donc, pour la seule raison que la nouveauté t'effraye, de rejeter mon système de ton esprit; mais aiguise d'autant plus ton jugement,

pèse les choses, et, si la doctrine te semble vraie, avoue-toi vaincu; si ce n'est que mensonge, ceins tes armes pour la combattre.

Lucrèce. De la Nature: L. 2

vendredi, 07 avril 2006

"Terribilis est locus iste" Rennes-le-Château

"Terribilis est locus iste"

 
 
 

1

Le temps est venu de le dire

Le temps est venu de se taire

Un enfant trouverait s'il grandissait soudain

Il serait terrifié et l'adulte en "mourait"

 

2

Poignée de terre

Poignée de cire

Tous les "coquelicots" me saluent au passage

La tête des "bleuets" se lèvent vers le ciel

 

3

Pincée de ciel

Pincée de nuages

Regarde vers la terre où j'ai posé le "vase"

J'ai tourné mes chakras au pied du sanctuaire

 

4

Les prêtres sacrifient

Le prêtre sanctifie

L'autel est une pierre, une pierre à fusil

Le calice est un "verre" au sang du crucifix

 

5

Servante dévouée et muette

Servante secrète et bavarde

Dans les scories du four elle y a mis sa "barbe"

Pour oublier la messe, une messe en bleu roy

 

6

Quand la roue tourne : 10 rayons

Quand la roue s'arrête : 22 rayons

Le centre est toujours creux, le vide est malheureux

Le creux est toujours plein et le plein est heureux

 

7

Le latin est utile

Le latin est futile

Pourquoi veux-tu comprendre une grande évidence?

L'invisible est visible ; aux profanes caché.

 
 
 
 
 

8

J'ai compris la merveille

La merveille m'a stupéfié

J'ai remercié le prêtre et il m'a sanctifié

Le secret bien gardé peut être dévoilé

 
 
 

9

Le code est la clé

La clé et le code sont fermés

Il suffit de chercher au bleu de la fumée

Le soleil peut t'aider mais il peut te tromper

 

10

Pose ton rêve à tes pieds

Pose tes pieds sur les braises

Aux marches de la Tour compte 2 fois 7 fois

Et tourne tout autour ta langue dans ta bouche.

11
Pulvereum solum
Pulverea nubes

Une tombe est au XIII et l'arcane est poussière

Mais comme l'oméga et l'alpha c'est l'inverse

 

12

Cherche la réponse

Là où t'est venue la question

La réponse est au cœur et la question au centre

Le "mois"est important, comme l'isolement.

 

13

Le "temps" est venu de répondre

Le "temps" de la  réponse est vêtu

Sur  la dalle fendue apparaîtra le signe

Les lettres sont désordre, il faut y mettre "l'ordre".

 

14

Le "germe" est dans la laine

La laine est sur le mouton

La page d'un cahier y est inscrit son nom

La phrase est incorrecte et pourtant c'est la clef

 

15

Le diable est bénit

Le bénitier bénit le diable

Tout fardeau est ciment, mais la plaque est légère

Toute chaire est parole et l'inscription ouverte.

 

16

 Vierge  lourde dans l'incarnation

Vierge sainte dans l'autre monde

Tous les saints font pitié, tous les saints sont enviés

Ils font la chaîne au mur. Ils faut les regarder.

 

17

Orare deos
Orare pro se

L'abbé n'a pas trouvé, tout simplement compris

L'or n'est pas de l'argent; la richesse est tout autre

 
 
 
 
 

18

Magdala est son nom

Madeleine est le blason de son nom

Le puits de Béthanie : un coffre ou une grotte

Le temps effrite et tue : immortel est le temps.

 

19

La lune est féconde

Le soleil chaleureux et guerrier

Tu marches sur de l'or, mais sourd et en dormant

Va, soulève la pierre, un "pieu" t'y aidera

 

20

L'évangile donne les noms,

Le testament ancien les lieux

La rocaille du lieu apporte des jalons

Et les pierres, les noms, effacés trop souvent.

 

21

Tu danses et tu chantes

Compte tes pas, écoute la voix

Homme où femme qui sait, hermaphrodite ardent

La danseuse est sa fille et Carmen son "champ"

 

22

La quête est divine ou profane

Seul le pourcentage est important

La marche est bénéfique aux gros souliers ferrés

Quand tu auras trouvé, ne te retourne pas  ….Fuis

 
 
"Secreto ab aliis"
 

1

L'initié est capable

Le non initié beaucoup moins

Le cryptage arrondi devient carrés, triangles

La loupe est nécessaire aux yeux hypnotisés

 

2

Le pendule a parlé

Son avis est partagé

En suivant le filon, l'énergie est doublée

La cachette est visible, à l'orant dans les transes

 

3

L'architecte a juré

Le secret bien gardé

L'endroit est très précis, au millimètre près

Il faut fermer les yeux et l'ouverture se fait

4

Aux âmes fortes la paix

Aux âmes faibles la peur

Aux âmes indifférentes l'indifférence

Aux âmes pures, le Graal de la Joie du Monde

 

5

LES VIBRATIONS SONT PUISSANTES

LES FORCES "INFERNALES"

AU MILIEU DU CERCLE ON Y TROUVE LE BIEN

AU DEHORS DU CERCLE, ON Y TROUVE LE MAL

 

6

Il faut s'allier aux fées.

Ondines, elfes des quatre saisons

Indiquent le chemin, caillouteux, crevassé.

Quelques heures à peine ET TU SERAS RECOMPENSE…

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

La suite suivra et sera dévoilée aux âmes pures…

  Gaudere in  sinu