Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 octobre 2005

Dans la Fenêtre de mon Coeur


Dans les deux coupes de ma main,

La double orange de tes seins,

Sous une lampe mimosa,

Même couleur que tes cheveux.

 

Dans la fenêtre de mon cœur,

Je vois défiler la forêt,

La biche craintive à l’arrêt,

La clairière piquée de fleurs,

 

Le  sentier perlé de rosée,

Aux fraîches senteurs de l’été.

Des oiseaux aux mille couleurs.

Le ruisseau caché enchanteur.

 

Soudain ma nacelle chavire.

Mes mots sont remplis de délire.

La table devient un grand lit

Et la cuisine un paradis.

 

Dans un immense tourbillon,

Nous partons pour un autre monde.

La forêt perd ses apparats.

La biche s’écroule et s’effeuille.

 

Elle a comme toi les yeux bleus,

S’abandonne à mes baisers fous

Et me redemande du pain

A pleine bouche, à pleines mains.

 

Je lui en donne et en redonne.

Dans la caverne de ses reins,

Je bois l’eau salée de ses algues.

Elle gémit, glousse et divague…

 

Son corps, ses morsures de feu,

Et ses folies non contenues,

Pleines de serments éternels,

Sa joie, son plaisir sont les miens.

 

La cuisine reprend ses biens.

La table caresse les mains.

Le fourneau chantonne tout bas.

Les cuivres jettent leurs éclats.

 

Les oignons nus me font pleurer.

Je porte ma main à mes yeux.

Tu apparais rieuse, en larmes

Et tu cries :j’attends un bébé !

 

 

Gaudeamus ( mes textes)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les commentaires sont fermés.