Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 octobre 2005

NUE

 

 

 

Nue  

Tu chevauches la source verte   

La nuque basse auréolée de blé  

sans repentir 

 

Les bras tronqués 

Les mains invisibles  

Tu ravaudes le corail de ta blessure profonde

 

L’arc neigeux de ton dos   

Décoche mes flèches de tendresse 

 

La coquille de mes mains   

Coiffe les galets de tes épaules 

 

L’air plein de jasmin   

M’enivre d’une liqueur étrange 

Tu es la magicienne de ces lieux 

 

 Les oiseaux gazouillent au tambour de mon cœur.

Gaudeamus (Mes rextes)

 

 

 

Les commentaires sont fermés.