Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 octobre 2005

Au participe passé

Le combat de Jacob et l'Ange de Delacroix en l'église St Sulpice à Paris.

                                                                                   

Jacob, dont le nom indique celui qui supplante, sera décrit sous les aspects d'un personnage fourbe et menteur dans l'Ancien Testament. Il ravira le droit d'aînesse à son frère Esaü par ruse. Son comportement sera profondément modifié après ce combat qui durera jusqu'à l'aube dans le ravin de Yabboq. Son adversaire lui dira : On ne t'appellera plus Jacob mais Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu l'as emporté (Genèse 32, 29-31).
Jacob lui demandera :
"De grâce, indique moi ton nom".
"Et pourquoi, dit-il, me demandes-tu mon nom ?"
Là même, il le bénit.
Jacob appellera ce lieu Peniel, c'est-à-dire face de Dieu, car j'ai vu Dieu face à face et ma vie a été sauvée.

 
 
 

         (rêve du 03/11/02)

 

Je me raconte parfois ce mensonge,                       

Honteux à souhait    

De ma lointaine enfance                         

                                                                             

 

Oserais-je conter cette histoire fort louche      

Derrière les grilles             

De ma  noire conscience,                     

Sur l’étole blanche de ma mémoire ?                      

 

L’amour, la jalousie  

M’ont piégé dans des embrouilles furtives.

Dans des chemins de traverse, je fuis. 

Aucune cachette n’est confortable.     

Un œil me poursuit dans mes embuscades, 

Avec ses références.   

 

Je reviendrai encore à mon enfance :    

Contes immoraux

Maladies à prétexte.     

Il est  grand temps pour moi de sortir du préau,    

Afin d’aller jouer, dans la cour des grands.  

 

Je voudrais tant réparer les dégâts                        

D’une écriture amoureuse, perverse,                    

Fade et violente.                                                      

 

Il me faudra relire

Cette très ancienne histoire biblique 

Du combat de Jacob, jusqu’à l’aube, avec l’Ange.

 Je sens la solution de l’énigme être là .              

Mon  problème est resté, jusqu’alors insoluble.                         

 

Ce vieil amour me reviendra mal ravaudé.    

Rancune ou indulgence ?                                              

Comment retrouver toute sa confiance ?. 

La partie est très loin d’être gagnée d’avance.   

 

Dans l’eau lustrale d’un  puits très ancien,

Connu de moi seul,                       

Où  je me laverai en larges ablutions,

Je reprendrai des forces,    

Bravoure, à toute épreuve. 

 
 

Il  m’est indispensable  

De me ressourcer 

De revenir à l’homme primitif.

 

Et je me battrai nu, tel Jacob avec l’Ange. 

A poings découverts, 

 

A la face des hommes.

 

Je contemplerai Dieu. Je changerai de nom

 

 Et je serai sauvé.

 
 
 

Les commentaires sont fermés.