Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 novembre 2005

Récite-moi un de nos poèmes.

 

Récite-moi encore                          

 Un de nos beaux poèmes          

Composés pour nous deux.   

 Le bleu vert de tes yeux   

 Riait grand aux éclats   

 Mon cœur tambourinait  

Sur une rime, un vers  

Que tu me récitais, les joues souvent en feu.                              

Je te reprenais, quand tu hésitais.  

Nous étions chaque fois vraiment heureux.  

                       

Mais, parfois tes larmes les murmuraient   

Quand je me bouchais les oreilles   

Pour ne pas entendre ta voix .

Nous déchirions les pages  

Au milieu d’un poème     

Et la fin nous rendait très malheureux.

 

Par une nuit cruelle,   

Une sirène brutale et violente,    

Accompagnée de brancardiers  

T’a emportée 

En plein été.   

 

Ils ne pouvaient savoir qu’ils me laissaient ma peine…

 

La veille nous nous étions disputés  

Pour deux ou trois alexandrins             

Sans importance.               

 

Depuis ce temps              

La poussière de nos poèmes,                

Au vent, à la pluie, au soleil et aux étoiles,    

S’échappe de mes doigts.   

Je ronge mon chagrin                 

Et te redis sans cesse :                     

Tu me manques, je t’aime. 

Gaudeamus                      

                    

     

Commentaires

Que c'est bien dit, mais que c'est triste et que le dernier vers est beau :
Tu me manques, je t’aime.

Recevez mes amitiés
je vous laisse mon mail

Écrit par : Régine | mercredi, 02 novembre 2005

SOUVENIR


Qu'as tu réellement aimé en elle
C'est une question éternelle
Tu as aimé le reflet de ton image
Te transformant ainsi en un autre paysage

Regarde comme tu ne parles que de toi
Dans ce joli poème écrit ici-bas
Aujourd'hui tu fais briller son sourire
Pour mieux attiser tes souvenirs

Où donc est l'éternel instant présent
Dans cette évocation d'un passé absent
La mémoire n'est constituée que d'images infidèles
La Présence ne s'encombre pas de ces rituels

Écrit par : gmc | lundi, 07 novembre 2005

Les commentaires sont fermés.