Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 juin 2007

La Sagesse du Relieur

« La société la plus spirituelle n’est pas celle que les tailleurs,  mais celle que les relieurs habillent ».

Jean-Paul Richter ( Extrait de Blumen, Frucht und Dornenstücke).                        

« Tous les êtres vivants sont bouddha et ont en eux Sagesse et Vertu ».

Bouddha

 

La Sagesse du Relieur

 

Quand je suis rentré chez mon relieur,

celui-ci glairait la couverture d’un gros livre,

aux armoriales japonaises étranges.

Il m’expliqua la technique du blanc d’œuf.

 

Je lui confiai un vieux livre des Fables de la Fontaine,

à relier.

J’étais devenu son ami.

Il me proposa de visiter son parc, derrière son atelier.

Il s’arrêta devant une mare, où folâtraient des nèpes.

 

Assis sur un banc liégeux, face à l’eau miroitante,

il me parla de ses dernières lectures, sur le shintoïsme ,

et des kamis, ses êtres supérieurs.

 

Un moment, je fermai les yeux et me mis à rêver.

Quand je les rouvris, la mare avait disparu,

et un vieux sage aux cheveux blancs me souriait,

assis sur un grand nénuphar.

 

Il me dit : « La vie n’est qu’un rêve. Il faut simplement ,

à tout instant, penser à être heureux, et méditer souvent,

en fermant les yeux ».

 

Le sage s’évanouit et mon relieur me sourit en me disant :

 

« Vous l’avez vu, j’en suis sûr. Il n’apparaît qu’aux gens

qui rêvent en fermant les yeux. Jean de la Fontaine connaissait

sûrement le rêve éveillé. Sans cela, ses fables ne seraient pas

aussi merveilleuses ».

 

Mon relieur est un sage. Il est aussi mon ami et je l’aime.

Je lui confie non seulement mes livres,

mais aussi mes joies et mes peines,

que mon ciel soit bleu ou nuageux.

Et la réciproque est vraie…

 

« Une amitié née des affaires vaut mieux qu’une affaire née de l’amitié ».

David Rockfeller

           

Les commentaires sont fermés.