Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 février 2006

Pour l'amour d'Ilan

 

Aux poteaux de la nuit,

Les barbares t'ont supplicié,

Massacré, crucifié.

Au nom de quels intérêts ?

Au nom de quelle religion ?

 

Ta maman à genoux les a suppliés

Et  restera à jamais, meurtrie, éplorée.

Ainsi que tous ceux qui t'aiment.

Ilan, tu seras vengé dans la dignité.

Aujourd'hui et chaque jour à venir,

Un grand cri de toutes les communautés :

Juives, musulmanes, chrétiennes,

A ta mémoire Ilan, contre la non violence

Cette barbarie qui n'a pas de nom.

 

Je dépose sur ton tombeau

Une brassée de roses blanches.

Que ta belle colombe aille porter

La Paix, l'Amour,

Dans tous les endroits de ta tendresse.

 

O Israël ! tu pleures ton enfant.

Tes larmes sont les nôtres.

Que son martyr, change nos cœurs en bien,

En hurlant contre toutes les cruautés

Les barbaries, les guerres, les violences,

D'où qu'elles viennent et de qui elles viennent.

 

Tes souffrances, Ilan, n'auront pas été vaines.

Elles rassemblent tous les hommes.

Elles éveillent leur conscience.

Une cohorte de justes se lève,

Pour apporter, plus d'Amour, de Justice sur la terre.

Que ton âme repose en paix.

.

 

Commentaires

C'est très bien de rendre hommage de cette façon à ce pauvre garçon. Merci

Écrit par : Céline | jeudi, 23 février 2006

Les chiens.


Et les chiens aboient

A nouveau

Exhument les oripeaux

noirs, bruns, sales

Les croix guerrières,

Les flambeaux,

Ils vociférent ;

Et ceux qui sont partis

Visages d'enfants

Visages de plumes

Sur d'improbables photos

Jaunies,

Et ces noms sur le marbre

Ces tristes litanies

Ces terreurs nocturnes

Les cris d'un kapo...

Mais les chiens aboient

A nouveau

Le bras tendu

Le front haut,

Ils crient renaissance,

Ils crient ténèbres

encensent le bourreau

Et crachent sur la mémoire

Des innocents.

Écrit par : aliscan | jeudi, 28 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.