Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 novembre 2005

Mort comme un chien

 Aujourd’hui 25 novembre 2005  

J’ai effacé de mon blog tous mes écrits, poèmes, etc., pour le dédier à cet homme mort ce matin de froid, et aussi à tant et tant d’autres d’hier, d’aujourd’hui et, hélas ! encore demain…  

Quand cela prendra-t-il fin ? Il y en a marre des bons sentiments, des promesses des hommes politiques, de cette société aveugle, sourde, indifférente au malheur qui les entoure… Il y en a marre, archi marre ! Mais bon dieu ! quand cela prendra-t-il fin ?

 

 

 

Mort comme un chien.

 

Ô mon Dieu pourquoi, mais pourquoi ?

Un homme a été expulsé,

Comme un chien galeux, misérable.

Bien sûr, juste avant les grands froids.

 

On l’a retrouvé ce matin

Mort gelé, mort dans sa voiture

Avec quelque argent dans ses poches

Et des provisions dans son coffre.

 

Ô mon Dieu pourquoi, mais pourquoi ?

Il est mort fier, en plein hiver,

Rejeté, déçu par ses frères

Qui ne savaient pas, mais pourquoi ?

 

Le cœur de l’Abbé Pierre pleure,

Lui, le combattant du malheur.

Je dédie ces quatrains, à Toi,

Pauvre Inconnu, mort comme un chien.

 

Gaudeamus

 

 

Commentaires

Beau poème, en mémoire de ce pauvre homme. Que d'indifférence, il est vrai...
Amitiés

Écrit par : Céline Franc | dimanche, 27 novembre 2005

Bravo, mais où est la compassion des français ?
Cordialement

Écrit par : Gérard | dimanche, 27 novembre 2005

J'ai lu votre massage sur Sénior Planète et il m'a beaucoup ému.

Écrit par : Françoise | dimanche, 27 novembre 2005

Ton poème sur l'espace poésie des merveilleux poèmes est un grand coup de gueule, il en faudrait des 100000 comme ça.
Bravo!

Écrit par : Pierre | dimanche, 27 novembre 2005

Il s'en foutent Dieu et le hommes politiques !!!!!!!!
Bien ton poème, mais ça sert à rien...
Parle nous plutot des femmes.

Écrit par : Serge Liphar | lundi, 28 novembre 2005

J'aime bien votre poème coup de gueule. Mais pourqoui avoir seffacer vos poèmes, vos autres coups de gueule, cà peut etre une action comme une autre après tout.
Bon courage

Écrit par : Géraldine Primeur | lundi, 28 novembre 2005

Un très beau poème, et une très belle et originale façon de dire votre colère! Avec laquelle je suis d'accord. Pour changer les choses, il faudrait que chacun de nous fasse un geste vers ces personnes, comme l'a si bien fait (et fait encore) l'Abbé Pierre en 54!

Écrit par : karenk | lundi, 28 novembre 2005

SYMBOLES ET IDOLES

Il meurt de famine cent millions de personnes par an
Cela fait par jour environ cinquante mille enfants
Tout cela alors que ce généreux et bel occident
A les moyens techniques de les nourrir depuis 30 ans

Mais dans l'euphorie du bonheur de consommer
Ne se présente personne pour déclamer l'obscénité
Qu'il y a à prendre un mort en guise de symbole
Alors que dans les comportements n'existe aucune révolte

En quoi cet unique mort vaut-il plus à tes yeux
Que ces cent millions sur qui tu n'as pas posé les yeux
Il en est ainsi depuis les débuts de cette humanité
Affligée malheureusement du désir intense de posséder

Pour que cesse ce pauvre cinéma misérabiliste
Il ne convient pas de recourir à un économiste
Il convient de réduire ton train de vie exorbitant
D'un minimum de soixante dix pour cent

C'est le prix à payer pour être conforme à ce discours
Que tu tiens, c'est le prix de ce qu'on appelle l'Amour
C'est le tarif qui permettra peut-être la survivance
De ces millions de personnes en souffrance

Si tu n'es pas prêt à le régler sur le champ
Où donc est celui qui chrétien se prétend
Relis donc "le culte de l'esclavage" de Gibran
Ce texte merveilleux et plein d'enseignement

On peut toujours agiter des symboles
Ceux-ci n'en reste pas moins des idoles
Tout ceci n'est qu'affaire de conscience
Et non manifestation de bonne conscience

Écrit par : gmc | lundi, 28 novembre 2005

LE CULTE DE L'ESCLAVAGE (Khalil Gibran)

....et pourtant partout j'ai vu passer l'esclavage dans une glorieuse et majestueuse procession d'ignorance.

J'ai vu les peuples sacrifier garçons et filles aux pieds de l'idole qu'ils appellent Dieu, brûler l'encens devant sa statue en l'appelant Fils de Dieu, se soumettre à sa volonté en l'appelant l'Ombre de Dieu sur terre, verser sur elle vin et parfum en l'appelant Reine, l'adorer et s'agenouiller devant elle en l'appelant Loi, travailler et lutter, voire voler, pour elle en l'appelant Fortune et Bonheur, détruire et démolir en son nom en l'appelant Fraternité, et enfin tuer pour elle en l'appelant Egalité.

Nombreux sont les noms de cette idole, mais unique est la réalité Elle a plusieurs facettes, mais elle est faite d'un seul élément
En vérité, c'est une maladie perpétuelle transmise de génération en génération.

Écrit par : gmc | lundi, 28 novembre 2005

C'est vrai, il y a toute la misère du monde, mais commençons déjà à nous occuper de nos plus proches dans le malheur. Ton discours gmc est un brin provocateur. Je respecte tes opinions et ta façon à toi de t’indigner. Chacun sa révolte. Que savons-nous des efforts de nos semblables dans ce domaine? Gardons-nous de juger, si nous ne voulons pas... Beaucoup agissent selon leurs moyens et ne le crient pas sur les toits, et se sont souvent les moins riches. Dans mon poème, je m'indigne d'un fait divers. Je réagis à ma manière. Qui m'en empêche ?. On peut toujours faire plus, c’est certain.
Si déjà tout le monde s'indignait haut et fort (selon ses moyens) peut-être que cela changerait et que les hommes de pouvoir agiraient un peu mieux. Car, qu’on le veuille où non il y a carence des hommes politiques dans ce domaine. Vont-ils enfin se réveiller ?

Quant à Khalil Gibran, un écrivain que j’ai lu et relu maintes fois, il dénonce, à juste raison, un Dieu qui n’est pas le mien. Le mien, c’est celui, entre autres, de l’Abbé Pierre, de St François d’Assise , de Sainte Thérèse, St Maximilien kolbe, etc. , toute cette cohorte de grandes femmes et hommes qui nous montrent encore aujourd’hui le vrai chemin de l’Amour.

Merci gmc de ton passage sur mon blog.

Écrit par : Gaudeamus | mardi, 29 novembre 2005

personne n'est indigné ici, c'était juste une remise en perspective de l'ordre des choses: l'occident est la "culture" dominante sur cette planète et l'exploite à outrance: la seule religion ici s'appelle Profit, tout est juste en son saint nom.
se vouloir chrétien, c'est avant toute indignation relire la parabole de Jésus et du jeune homme riche: il n'y a à ce texte aucune ligne à ajouter ou à retrancher.
En tant qu'occidentaux, NOUS sommes responsables de 100 millions de morts par an (à rapprocher des chiffres de tous les pogroms de l'histoire, et ce chiffre va continuer à croître), uniquement par famine, de quoi avons-nous le droit de nous indigner au regard de nos responsabilités, si tant est que nous nous prétendions responsables?
quand nous assumerons ce fait dans toute sa splendeur, peut-être aurons-nous matière à faire étalage de soi-disants valeurs.

Écrit par : gmc | mardi, 29 novembre 2005

En France, on ne meurt plus de faim, il ya suffisamment d'associations pour fournir la nouriture gratuitement mais on meurt de froid... La famine sévit dans beaucoup d'autres pays et c'est vrai que nous les occidentaux, nous avons quelques responsabilités...

Écrit par : Gaudeamus | jeudi, 01 décembre 2005

Gaudeamus,

Tu as effacé tous tes poèmes pour la mémoire de ce pauvre malheureux mort de froid, un mois jour pour jour avant Noël !

Ce geste que j'apprécie t'honore vraiment. Il y a encore des poètes qui ont conscience de l'état du monde dont il font partie, et prennent sur eux le poids de l'injustice de nous tous... Merci pour ce poème à l'inconnu qui pourrait être demain, moi, toi, nous...

Amitié

Pascal

Écrit par : Pascal | dimanche, 11 décembre 2005

Merci Pascal de ton passage sur mon blog. Cela m’a permis d’aller visiter le tien. Si tu n’y vois pas d’inconvénient, je le référence sur mon blog. J’aime bien tes poèmes et tes haïkus.
Tu as cependant un problème de transcription. Je suppose que tu le sais. Cela rend parfois difficile la lecture de tes poèmes. J’espère que tu sauras corriger ce défaut technique…
Avec mes amitiés.

Écrit par : Gaudeamus | dimanche, 11 décembre 2005

Cher gaudeamus

contente de decouvrir ton blog en cherchant des nouvelles de pascal chatelain

as tu des nouvelles ?

il a totalement disparu ainsi que le site aurore poetique !

Écrit par : feudouce | mardi, 15 août 2006

Je ne connais, à première vue, qu'un Pascal sur le blog suivant :

http://l-orglaciaire.hautetfort.com/comments

Écrit par : Gaudeamus | jeudi, 17 août 2006

Les commentaires sont fermés.