Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 octobre 2005

Nuits blanches

 


ô nuits blanches !                                                   

Tu me mets sur le flanc des pires cauchemars,        

A l’heure la plus sombre et basse de la nuit.       

Les morts vivants sont imprenables.                                     

Dans mes veines circule un sang d’encre et de mort.            

Une lave brûlante au cœur de mes artères.                             

 

Le globe renversé de tes yeux                       

N’y voit rien à redire.                                    

Les traites dorment bien au chaud ,                       

Quand les chauves- souris                     

Se balancent au ciel de mon lit.   

Un boa y a laissé des plumes                       

Et une pincée de myosotis.                             

 

Au petit matin, les enfants,                  

Le nez piqué dans leur bol,  

Astiquent de leurs poings                             

Les éclats de porcelaine bleue                          

Que leur a légués la nuit.                             

 

Moi, le ressuscité blafard,                                 

Epuisé par une si longue attente,                        

Chasse à grands coups de draps humides              

Le soleil des vivants…                                  

 

Au fond d’une seringue,                          

Ou d’une boîte en carton                           

J’y trouverai mon compte                                

Pour passer la journée, au ralenti et vide.      

Regardant hébété les hauts murs décrépis       

De ma misérable vie.                       

 

Au moment du coucher,                  

Sur la table de nuit,                               

Je reverrai, à coup sûr,                     

Le grand magicien noir              

Ricaner de toutes ses dents             

Qu’on dit de nuits blanches...           

  

 

Gaudeamus ( Poésies et textes)

 

Commentaires

Là je me retrouve dans ce texte, au moment de mes insomnies lors de mes problèmes de santé. Mes nuits blanches m'ont usée + d'une fois. Amitié

Écrit par : Viviane Berger | lundi, 31 octobre 2005

Les commentaires sont fermés.