Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 juin 2015

L'Obs Hors-Série - Juillet-Août 2015

l'obs.jpeg

Si l'engouement pour la

méditation est de plus en plus

spectaculaire dans le monde

occidental, la définition de cette

pratique reste assez floue.

Qu'est-ce, fondamentalement,

que la méditation? Un exercice mental?

Une philosophie? La voie d'accès privilégiée

à une certaine spiritualité?

Pour vous répondre, il faut commencer par dire que

la méditation qui se développe aujourd’hui – et qui

rencontre un impressionnant succès sous les noms

de « méditation », « mindfulness » ou « pleine

conscience » – vient de la tradition bouddhique. Les

diverses techniques qui sont aujourd’hui si populaires,

qui sont même enseignées dans nombre

d’écoles, dans les hôpitaux, dans les entreprises, ont

donc une histoire commune. Que nous dit-elle?

D'abord que la méditation n'est pas la recherche

d’un état de calme – à quoi elle est encore trop souvent

identifiée. En ce sens, elle n’a rien à voir avec

l’héritage des sagesses épicuriennes et stoïciennes

qui, elles, visaient à un état de détachement (l'ataraxie).

Tous les textes de méditation bouddhiques

insistent au contraire sur le piège de chercher le

calme : vous deviendrez au mieux, disent-ils, semblable

à une vache...

PROPOS RECUEILLIS PAR CHARLES GIOL

11:16 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.