Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 avril 2008

Message à un jeune fainéant

Message à un jeune fainéant

 

Tu raccourcis le temps,

Dans les méandres de tes pensées.

Tu joues au crevé,

En bousculant tes heures infligées.

Tu tricotes aux minutes

Ta vie paresseuse et inutile.

Tu traînes ta carcasse, les yeux flous,

Les cheveux dépenaillés,

le pantalon en accordéon sur tes baskets,

une cigarette au bec toujours prête à tomber.

 

Le temps n’a plus cours pour les vivants.

Ils vont triomphants dans de verts pâturages.

Leur existence a un sens.

Ils ne s’accrochent pas aux machines à café.

Leur ordinateur ne chôme pas au travail.

Ils ont sans cesse les manches relevées.

Ils sont souriants, dynamiques, entreprenants,

Des projets à la pelle.

Ils sont amoureux de tout.

En extase devant la moindre manifestation

Des objets, des personnes, des situations,

Qui les entourent, et les yeux brillants.

Ils sont le cœur et les poumons de la société.

 

Toi fainéant, tu fais partie des crevés…

Secoue-toi, bon sang, pour entrer dans le monde des vivants.

Tu as tout à y gagner.

   

Les commentaires sont fermés.