Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 novembre 2007

Petits gars poilus de France

 

002cddde76ac4b0baa81aae026848554.jpg

 

 

Carnet de guerre de Gaston Certain :
"Les morts empestent l'air, on commence à les enterrer. [...] Le spectacle est terrible, le sol remplit de trous d'obus et jonché de cadavres. D'abord ce sont des français on les voit par dizaines au pied des meules de grains, puis viennent les tombes de ceux qu'on a pu enterrer."
8 septembre 1914

 

Petits gars poilus de France

   

Enterrés morts ou vivants

Pire que des chiens

Morts pour la France

Ou l’Allemagne

Pour des généraux planqués

derrière le front

 

Faisant hacher, fusiller les petits gars poilus de France

Et leurs frères allemands

Qui en perdaient leurs bottes et leur pantalon

Dans la merde des tranchées

Se battant pour des généraux  bien gras

Qui s’en foutaient de la France et de l’Allemagne

Ils n’en voulaient qu’à leurs décorations

 

Petits gars poilus de France

Et vous misérables frères allemands

Enterrés sous des tonnes de boue et de ferraille                           

Pire que des chiens

Morts pour la France

Ou pour l’Allemagne

Pour la gloire de généraux bien gras

Qui ne cherchaient que des décorations

Je vous respecte, vous admire et vous aime.

Que vos souffrances, vos larmes, vos terreurs

N’aient pas été vaines

Dormez en paix dans votre beau sol de France

Ou dans votre sol allemand

Grâce à vous la terre

Est plus fertile, plus féconde

Arrosée par votre sang généreux, glorieux.

 

Petits gars poilus de France

Associés à vous misérables frères allemands.

Immense armée d’ombres

Si vous sortiez tous de terre

Quel message apporteriez-vous au peuple de France,

 et au peuple allemand ?

Vous parleriez  de paix, d’amour, de vos joies,

mais aussi de vos peines, de vos souffrances.

Que diriez-vous à nos enfants,  petits-enfants ?

La guerre est une connerie

Elle ne profite qu’aux planqués

Aux fabricants de munitions,

Aux généraux bien gras, bardés de décorations.

Donner sa vie pour un patriotisme décadent.

Quelle connerie, quelle merde la guerre !

 Vive la France, Vive l’Allemagne, dans une Europe unie.

     

Les commentaires sont fermés.