Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 mai 2007

La nymphe

« L’homme désire plus vivement le pouvoir sur les autres, à mesure qu’il en a moins sur lui-même ».

Louis de Bonald – Ecrivain français (1754-1840).

Dans ses ouvrages politiques, il défendit avec intelligence les grands principes traditionnels : le pouvoir monarchique, la religion, etc. Auteur de « Maximes et Pensées ».

 

 

La nymphe

 

 

La nymphe pailletée de myosotis

regardait frayer les poissons.

Curieuse elle se pencha sur la mare

et y tomba.

Elle aspergea les grenouilles.

Mille coassements se moquèrent d’elle.

La nymphe en égrappa ses myosotis.

 

 

Depuis la mare se confond avec le ciel.

Les oiseaux y trempent leur bec.

Les anges y lavent leurs ailes.

 

 

La nymphe se plaît dans les roseaux,

surtout quand il fait chaud.

 

 

Elle batifole,

avec les libellules, les grenouilles et les poissons.

Elle les gouverne et ils l’amusent.

 

 

Elle est leur reine et se laisse vivre dans ce trou d’eau.

 

 

Commentaires

"Elle aspergea les grenouilles" j'adore ce vers :-)))

Écrit par : aliscan | vendredi, 04 mai 2007

MERCI, encore qu'il faille être vigilant en poésie avec la rime grenouille... là, pas de risque...quoique... tout dépand du contexte...
Mes amitiés Aliscan

Écrit par : Gaudeamus | samedi, 05 mai 2007

Les commentaires sont fermés.