Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 avril 2007

Les arcanes d’une lecture…

«  Un livre obscène, c’est tout simplement un livre mal écrit. Le talent n’est jamais obscène.

Ni à plus forte raison immoral ».       

R. Poincaré (Procès de La Chanson de Gueux, de J. Richepin)

 

 

Les arcanes d’une lecture…

 

 

Dans un livre, page neuf et passim,

je découvre un wu grivois.

J’en pâlis,

et rêve d’une fellation,

tel un clebs maniaque.

 

 

Heureusement, je connais un séide

qui reboise une forêt.

Il n’a jamais juré de sa vie.

Je ronge un croûton de pain

et entreprends un trek,

absorbé par le yang, le kerma ou le gray.

Bref, absorbé par dal !

J’aurais préféré nocer, même dans un finn.

Hélas, je me luxe une cheville.

Je me mets à douter de mon sort.

 

 

Soudain, je vois un ours peu engageant.

« Hé ! lui dis-je : si on se faisait une bouffe? »

Il est d’accord.

Nous nous unissons, pour faire cuire des zoés.

Lui, les fait havir seulement.

On se met à rire de tout et de rien.

Comme ma cheville va mieux,

je reprends mon chemin.

Je rencontre mon séide en extase.

Il m’accueille, comme son enfant.

Depuis, je boise et reboise sa forêt.

Je suis HEUREUX !

 

Les commentaires sont fermés.