Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 octobre 2006

Misère est son nom

medium_0.2.jpg

 

 

Misère est son nom.

   

Les cornettes blanches alignées

Dessinent sur les murs des créneaux protecteurs.

Dans les mouroirs, rideaux sales ou paravents

Râles et chuchotements

On meurt avec les sacrements.

 

Le puits boit aussi bien dans un seau tout percé

Qu’au creux de la main

Misère

Tu me lèche les mains

Tu n’es pas mon chien, passe ton chemin.

 

Dans les lavoirs, l’eau se trouble de taches brunes

Les battoirs du soleil se font rageurs

Bras haut levés et corsages dégrafés.

« Femmes, quel Dieu priez-vous donc,

pour être si sûres de vous ?

Vous avez les genoux tellement calleux. » 

 

 

Naître du mauvais côté

c’est vivre et mourir en bête

Naître du bon côté

c’est vivre et mourir en maître.

D’un côté du soleil,

on se lève bien mieux ou moins bien le matin.

 

On rit on danse sous le ciel

On sue on meurt sous la terre

Les chevaux aux yeux crevés

Roulent leur tête entre leurs jambes

Soleil noir

Une forêt d’arbres retient des monceaux de terre

Meurtrière

Tout peut s’écrouler à tout moment.

Riches ou pauvres on se chauffe

Comme on peut

Avec des truffes gorgées de sang.

 

Misère tu me lèches la main

Tu n’es pas mon chien, passe ton chemin.

 

Les mains se sont alourdies de pierres

Eclairs dans l’air

Des architectes en goguette

Improvisent des barricades hétéroclites

On y danse on y chante

On y râle et on y meurt

Grêle de frelons, d’abeilles

De face ou dans les meurtrières obliques

Le sang est une rivière

L’Internationale est son nom.

 

Le rouge a beaucoup déteint entre deux lunes.

La carriole du teinturier

N’en finit pas de fouetter le vent

Elle caracole un peu partout dans le monde.

 

Misère est son nom.

15:35 Publié dans Essais | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

la misère fait partie de notre paysage et nous ne la voyons pas. Félicitations poour ce poème.

Écrit par : kATI | jeudi, 05 octobre 2006

c'est magnifique
félicitations

Écrit par : laura | vendredi, 06 octobre 2006

Merci à vous deux pour vos encouragements.

Écrit par : Gaudeamus | samedi, 07 octobre 2006

Poésie quand tu nous tiens tu nous tiens bien. Il y a dans ton blog de tout et c'est intéressant. Quand à l'ésotérisme là je n'y comprends rien mais il y a surement quelque chose à découvrir. J'aimerais mieux te connaître, je te laisse mon mail et je t'y attends pour discuter plus amplement.

Écrit par : Sam | mardi, 10 octobre 2006

Quel talent!

Écrit par : Virginie Forest | dimanche, 22 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.